Forge-Philippe
Patrimoine

Le village tire son nom de la forge Philippe qui est citée pour la 1re fois en 1549 dans les ordonnances de Philippe II de Croÿ. En 1606, la liste des biens de Chimay mentionne la Wartoise avec « le fourneau de la veuve Philippe de la Lys ». En 1622, on trouve encore la mention du « vivier de la forge Philippe » avec 4 maisons.

La forge termine son activité en 1869 et les bâtiments sont rasés peu après.

Forge-Philippe est le témoin d’une utopie agricole qui transforme profondément le paysage à partir de 1853. Tout le territoire est déboisé pour y installer 15 grandes fermes et y créer une entité rurale qui sera baptisée Lamarcheville du nom de la société Lamarche de Liège à la base de ce projet qui fera faillite en 1906, notamment du fait de la qualité des terres peu adaptées aux cultures céréalières.

La population s’y élève actuellement à environ 220 habitants. Les villageois sont répartis dans différents hameaux dont les principaux sont, outre celui de Forge-Philippe, Cendron, Vieux Gauchy, Saut Piquet, Les Loges et l’Air d’Oiseau. La densité de 17 hab/km² est une des plus faibles de Belgique.

Outre ses paysages ouverts remarquables qui dominent la forêt de Thiérache au sud, le territoire a gardé de nombreuses traces de son passé.

Cartes et vues aériennes

Observer l’évolution de l’occupation du sol depuis 1770 jusqu’à aujourd’hui

Patrimoine

Découvrez le patrimoine naturel et architectural de Forge-Philippe

Frise chronologique

Découvrir les faits qui ont marqués l’histoire de Forge-Philippe

Patrimoine

Un des objectifs de l’association est de mettre en valeur le patrimoine du village, qu’il soit architectural, paysagé, immatériel ou autre. Si vous avez des informations à propos d’une trace du passé, une curiosité locale, un récit … n’hésitez pas à nous contacter sur info@forge-philippe.be .

Placez votre curseur sur l’image et utilisez les flèches à gauche et à droite pour découvrir le patrimoine

Aires de faulde

Les aires de faulde (ou charbonnières) représentent les endroits où le charbon de bois était produit à l’époque de la sidérurgie préindustrielle wallonne. Cet usage s’est perdu au milieu du 19e siècle, lorsque la sidérurgie s’est industrialisée en utilisant la houille comme combustible. Avant 1850, l'essentiel du territoire de Forge-Philippe...

Ancien presbytère

Située derrière l’église, c’est une habitation basse et peinte datée de 1789 par chronogramme situé au-dessus de la porte « La PrinCesse de chiMai noUs fait bien Voir par toUt ses pieUx bienfaitX ». Selon « Le Patrimoine monumental de la Belgique, Hainaut » : Sous bâtière d’éternit à croupes, la bâtisse est en moellons avec importante...

Ancienne borne-frontière

La frontière franco-belge s'étend sur 620 km, au nord-est de la France et au sud-ouest de la Belgique. C'est la deuxième plus longue frontière terrestre de la France métropolitaine après la frontière avec l'Espagne (plus longue de 3 km) ; c'est aussi la plus longue frontière terrestre de la Belgique, avant celle avec les Pays-Bas (450 km)....

Chapelle de Malapaire

La chapelle est érigée en 1751 sur l'axe forestier Seloignes - Forge-Philippe sur le ruisseau Malapaire. Ce ruisseau est un affluent de l'Oise à Macquenoise. A l'époque, tout le territoire qui fait face à la chapelle est couvert d'une forêt. Au moment de la construction de la chapelle, les conditions de vie s'améliorait dans la région....

Conscrits

Au XIXe siècle, jusqu’en 1909, le service militaire était fonction d’une loterie. Le tirage permettait de désigner les conscrits ([1]). Selon la coutume, tous les jeunes hommes âgés de vingt ans devaient d’abord aller se faire inscrire sur la liste de conscription ouverte au mois d’octobre à la maison communale de leur village En février de...

Création de la commune

Au XIXe siècle, l’essentiel du territoire de Forge-Philippe est dépendant de la commune de Seloignes et, pour la partie du « Vieux-Gauchez », de la commune de Chimay. Le territoire est désigné en faisant référence aux différents hameaux. En 1900, le conseil provincial examine la demande de création de la commune de Forge-Philippe. En...

Eglise de la Sainte-Vierge

L'église fut construite au XVIIIe siècle et est composée de moellons de grès ferrugineux et de pierre calcaire. Le clocheton possède une base carrée. La porte, aménagée dans la deuxième moitié du XIXe siècle appartient au style néogothique.Le 6 février 1923, la famille princière de Chimay (le prince Alphonse) fait donation de l'église et de son...

Etang du Vieux-Gauchy

Situé à 200 mètres de la frontière française au sud de Chimay, l'étang du Vieux-Gauchy est alimenté par le ruisseau du Walrand et entouré d'une petite zone boisée (avec du chêne, du frêne et de l'aulne). Plusieurs espèces de libellules y sont présentes et notamment la cordulie à deux taches, Epitheca bimaculata. Le milan royal et la pie-grièche...

Ferme de Cendron et Lamarcheville

La ferme de Cendron, exploitation créée vers 1870 sur les terres achetées au prince de Caraman-Chimay et défrichées par G. Hagemans. default 1853 Forge-Philippe fait partie d’un vaste territoire de 4 000 ha de bois achetés par La "Société Agricole Liégeoise" le 7 décembre 1853. Cette acquisition va transformer radicalement le paysage tout autour...

Ferme du XVIIIe siècle

Selon « Le Patrimoine monumental de la Belgique, Hainaut » : Sous ample bâtière d'éternit à croupes, petite ferme basse et en long, construite en moellons probablement dans la 1re moitié du XIXe s. ou encore au XVIIIe s. Au logis, quatre baies à linteau échancré et montants à double harpe, dont une porte à traverse. À droite, porte à linteau en...

Ferme Michelet

La ferme de la famille Michelet présente une structure traditionnelle tricellulaire de la période préindustrielle avec, de gauche à droite, le logis, l’étable et la grange. default La ferme est visible sur la carte de Ferraris au XVIIIe siècle. La carte de Ferraris, établie entre 1770 et 1778. La ferme illustrée ci-dessus est mise en évidence par...

Forge de Forge-Philippe

Le passage de la frontière se fait sur une digue qui assurait autrefois la retenue d'eau nécessaire au fonctionnement de plusieurs roues (ou des tournants), qui faisaient partie de l'usine de la Forge-Philippe comme c'est illustré sur le plan (observez les n°7). Il ne subsiste à peu près rien de la forge à l'exception d'un morceau de mur qui a...

Frêne classé

Située derrière l’église, c’est une habitatiPas loin de l'église, de l'autre côté de la place à proximité d'une petite habitation (l'ancienne école du village). C'est un frêne commun remarquable pas sa circonférence de près de 5 mètres et sa vaste ramure. Deprez Marc Autres éléments du patrimoine Voir en plein...

La grotte de Forge-Philippe

La grotte de Notre-Dame de Lourdes à Forge-Philippe est dédiée à l'Immaculé Conception. C'est une copie de la grotte de Massabielle plus connue sous le nom générique de la Grotte de Lourdes. La grotte de Forge-Philippe à gauche et celle de Lourdes à droite La prière du pèlerin de l'Abbé Champenois (1975) Cliquez sur la prière pour agrandir la...

Monument de la Libération

Un monument a été érigé, en 1953, juste à côté de la frontière. Il a été inauguré cette année-là. Sur la partie gauche du monument, une pierre gravée rappelle que les troupes américaines sont entrées en ce lieu, le 2 septembre 1944, à 9h30. Au milieu, sur une stèle une statue rappelle symboliquement que la Liberté libère les chaînes du captif et...

Potale du XVIIe siècle

Une potale est une niche contenant une statuette de la Vierge Marie ou d’un saint protecteur. Particulièrement répandu en Wallonie et en Picardie, le mot — considéré comme belgicisme — désigne un petit creux, un enfoncement, une cavité, une niche ou encore un simple trou laissé intentionnellement dans un...

Poteaux indicateurs

La chapelle est érigée en 1751 sur l'axe forestier Seloignes - Forge-Philippe sur le ruisseau Malapaire. Ce ruisseau est un affluent de l'Oise à Macquenoise. A l'époque, tout le territoire qui fait face à la chapelle est couvert d'une forêt. default Les poteaux indicateurs. Informations à venir ... Poteau-indicateur à Cendron Autres éléments du...

Première école du village

La petite maison au carrefour était la première école du village construite en 1844. Avant, en 1842, il est fait état d'un local qui est loué par la commune. L’instituteur n’a pas de traitement de la caisse communale ni du Bureau de bienfaisance. Le nombre d’élèves s’élève de 30 à 40 aussi dans le temps d’hiver. L’enseignant était payé au...

Zone Natura 2000

La Wallonie fait face aujourd'hui à un défi majeur en matière de conservation de la nature : mettre un terme au recul de la biodiversité et, si possible, la restaurer. En ce domaine l'Union européenne a adopté deux directives la Directive Oiseaux (1979) et la Directive Habitats (1992) qui constituent la base d'un vaste réseau...

Mise en valeur du patrimoine local

Cartes et vues anciennes (plein écran)

Carte de Cassini – 1740

Frise chronologique

1193 - BULLE PONTIFICALE DONNÉE PAR LUCIUS III

Le texte indique que les biens de l’abbaye Sainte-Monégonde, fondée en 887 à Salles et transférée à Chimay dans le courant du Xe siècle, s’étendaient jusqu’au ruisseau nommé la Wartoise. Ce ruisseau est la frontière naturelle entre la France et la Belgique. Le territoire de Forge-Philippe fait donc partie du domaine primitif de cet abbaye avant de tomber, au XIe siècle probablement, dans le patrimoine des seigneurs de Chimay.

1549 - ORIGINE DU NOM DE FORGE-PHILIPPE

Selon certains auteurs, l’origine du nom remonte au règne de Charles-Quint: en 1549, il aurait traversé la Thiérache accompagné de son fils Philippe et le toponyme de Forge-Philippe serait un souvenir de cette impériale visite. Il s’agit, très vraisemblablement, d’une légende recueillie au XVIIIe siècle par le chroniqueur chimacien E.J. Le Tellier. Le nom de Philippe est patronymique et c’est celui des propriétaires d’une forge assez ancienne, aisément identifiable, et citée à partir du XVIe siècle. En 1549, Philippe de Lalis possédait sur la Wartoise, étang, moulin à poudre, maison et héritage. En 1575, il demande l’autorisation à Philippe III, Prince de Croÿ pour établir forge d’affinage sur la Wartoise. Cette forge, qui eut encore une activité intermittente dans les premières années du régime français, dut s’éteindre sous l’Empire. Elle ne figure plus dans les recensements industriels de 1811.

1608 - le Prince de Chimay prête rente à Gérard

1786 - LA PREMIÈRE CHAPELLE

La première chapelle du village est construite en 1786 à la demande du Prince Philippe II d’Alsace pour servir de chapelle de chasse et est bénie le 3 décembre 1787 par Barthélemy Charpentier, curé de Seloignes

1803 - PAROISSE DISTINCTE

Forge-Philippe dépend de Seloignes jusqu’au Concordat (1801) qui l’érige en paroisse distincte en 1803

1853 - UNE FORÊT POUR PRODUIRE DU CHARBON DE BOIS

Avant 1853, le territoire de Forge-Philippe est essentiellement recouvert par la forêt de Thiérache et appartient aux Princes de Chimay. Les taches sombres visibles dans les champs en période de labours sont les témoins des aires de fauldre. Ce sont les endroits où le bois était recouvert de terre et la combustion lente permettait de récupérer le charbon de bois. Ces taches sont le résultat de résidus et poussière de charbon de bois mélangé à de la terre calcinée.

1853 - ACHAT DE 4000 HA DE FORÊT PAR LA SOCIÉTÉ AGRICOLE LIÉGEOISE

La « Société Agricole Liégeoise » achète 4000 ha de bois le 7 décembre 1853. En 10 ans, 2531 ha sont défrichés. Désireuse de consacrer les terres à une agriculture céréalière, la société y érige quinze grandes fermes et ouvre les routes destinées à faciliter les travaux agricoles. Au centre du rond-point, elle établit la maison du gérant, dite villa Lamarche, et à proximité, les habitations des vétérinaires, du forgeron, du charron et de l’instituteur de la société. Cet habitat devait constituer l’embryon d’une ville vouée à l’agriculture, nommée Lamarcheville du nom du fondateur de la société, Charles Lamarche, un industriel liégeois. La gérance des fermes est attribuée à des personnes venues de Flandre. De là viennent, entre autres, les familles Degrande, D’Hulster, De Schrijver, Minjauw, Sobry, Van Daele… La Flandre sort à peine de la crise de la pomme de terre (mildiou entre 1845 et 1850) offre une main d’oeuvre disposinble alors que de nombreux paysans wallons migrent vers les villes du Sillon Sambre et Meuse pour travailler dans l’industrie florissante (Révolution industrielle).

1895 - S.A. HERBAGÈRE DE L'OISE

Les terres ne sont pas de qualité céréalière! La S.A. Herbagère de l’Oise est créée en 1895 et une laiterie est installée à la ferme du Walrand. Elle peut traiter 5000 litres de lait par jour et 35 tonnes de beurre par an

1900 - LA S.A. EST RENOMMÉE S.A. LAMARCHEVILLE

La vue illustre une des longues routes rectilignes qui traversent les terres converties à l’agriculture par la Société Agricole Liégeoise à Forges (Chimay). Une rangée de poteaux électriques la longe et rythme son tracé. La voirie est bordée par la ferme de Longue Taille, implantée en quadrilatère (1). En point de mire de la route, on aperçoit le site de Lamarcheville (2), dont les habitations sont dominées par la maison du gérant, dressée au milieu du carrefour et qui se singularise par son style éclectique. La maçonnerie en moellons de quartzite, extrait de carrières locales, donne aux bâtiments leur teinte brun sombre. (CPDT, Atlas des paysages, p165)

1903 - CRÉATION DE LA COMMUNE

La commune de Forge-Philippe estcréée par arrêté royal du 10 août 1903. Son territoire est formé par le hameau de Forge-Philippe qui, jusqu’alors, dépendait de Seloignes et par une partie du territoire de Chimay, situé au sud de l’Oise, et connue sous le nom de « Vieux Gauchy ».

1904 - FRICOT CÉSAR - PREMIER BOURGMESTRE

Premier conseil communal présidé par Laby Adolphe

1906 - FAILLITE DE LA S.A. LAMARCHE

La S.A. Lamarcheville liquide ses biens et revend ses terres et fermes à des éleveurs particuliers

1916 - JACQUET FRANÇOIS - BOURGMESTRE FF

1921- MASUY ADOLPHE : BOURGMESTRE jusqu'en 1938

1923 - DONATION DE L'ÉGLISE

la famille princière de Chimay (le prince Alphonse) fait donation de l’église et de son cimetière à la Fabrique d’église

1923 - PREMIERS COURS DE SOLFÈGE

En vue de la création d’une fanfare

1925 - PREMIÈRE SORTIE DE LA FANFARE

La fanfare « La Liberté » est composée de 12 musiciens sous la direction de Paul Dieu

1938 - PREMIÈRE INTERPRÉTATION DE LA « MARCHE DE FORGE-PHILIPPE »

Marche dédiée à la Population de Forge-Philippe et en hommage à Adolphe Masuy, Bourgmestre et Président de la Fanfare « La Liberté » à Forge-Philippe et aux musiciens.

1939 - Poncelet Alphonse - Échevin ff

 

1940 - HITLER INSTALLE SON QG À BRÛLY-DE-PESCHES

Son QG est fixé au milieu de 12.000 ha de forêts. C’est à quelques pas de la frontière française, qu’Adolf Hitler décida d’installer son quartier général pour mener la deuxième partie de l’invasion de la France, en juin 1940

Deux cents hommes investissent le hameau le 24 mai 1940. Ils bâtissent deux chalets, deux bunkers, une rotonde, une pièce d’eau, remplacent le clocher de l’église par un réservoir d’eau pour ainsi constituer un GQG (Grand quartier général).

6 juin 1940 - HITLER SÉJOURNE À BRULY-DE-PESCHES

Le 6 juin 1940 vers 13 heures 30, Adolf Hitler arrive à son nouveau quartier général. Aussitôt, il le nomme le ‘Wolfsschlucht’ (Ravin des loups). Pendant 22 jours, du 6 au 28 juin, Adolf Hitler y installe donc son grand quartier général. Son QG « Terre » se trouve à Forges et son QG « Air » à Yvoir.

Evacuation totale de 28 communes, dont Forge-Philippe, pour plus d’un mois

1940 - RÉDACTION DE L'ACTE DE CAPITULATION DE LA FRANCE À BRÛLY-DE-PESCHES

Le 17 juin 1940, Hitler apprend la teneur du discours résigné du Maréchal Pétain. C’est dans l’église du Brûly-de-Pesche qu’est rédigé l’acte de capitulation de la France. Hitler le corrige le 20 juin. Le 21, il accomplit un aller-retour rapide à Rethondes, laissant l’armistice s’y conclure. Vers 20 heures, il est de retour. Les trompettes sonnent le signal « Halte au feu» partout sur le territoire le 25 juin, à 1 heure 35. C’est la fin des combats en France.

25 juin 1940 - RETOUR DANS LE VILLAGE

A 6.00 du matin, les habitants sont autorisés à revenir chez eux. Hitler suit l’avancée de ses troupes en France

1944 - HÜHN MATHIEU - BOURGMESTRE

2 septembre 1944 - ENTRÉE DES TROUPES ALLIÉES À CENDRON

Les soldats alliés débarquaient chez Hermance Tilquin (la Grande Doly), tenancière d’un café du côté français. Ils voulaient savoir si le village de l’autre côté du bois (Cendron), était encore occupé par les Allemands. Doly n’en savait rien, m0ais voyant qu’aucun soldat ne se décidait à y aller voir, elle se porta volontaire pour une mission d’éclaireur.

1947 - MINJAUW ALPHONSE - BOURGMESTRE

1953 - MÉMORIAL DE LA LIBÉRATION

Un monument a été érigé, en 1953, juste à côté de la frontière. Il a été inauguré cette année-là. Sur la partie gauche du monument, une pierre gravée rappelle que les troupes américaines sont entrées en ce lieu, le 2 septembre 1944, à 9 h 30. Au milieu, sur une stèle une statue rappelle symboliquement que la Liberté libère les chaînes du captif et écrase celui qui incarne le nazisme.

1953 - DELSAUX LÉON - BOURGMESTRE

1963 - DORTU JOSEPH - ÉCHEVIN PRÉSIDENT

1976 - DORTU JOSEPH - BOURGMESTRE

Année de la fusion des communes. Forge-Philippe fait maintenant partie de la commune de Momignies.

2000 - LA FANFARE FÊTE SES 75 ANS

Elle compte encore quelques 30 membres. Elle reçoit un nouveau drapeau offert par la commune de Momignies.

2002 - L'ÉCOLE COMMUNALE FERME SES PORTES

L’école communale maternelle et primaire ferme ses portes. Les élèves se dirigent vers les écoles situées dans d’autres communes. L’école était en sursis depuis l’an 2000 du fait d’un nombre d’élèves insuffisant.